Association Jean Carmignac



L'association tient son nom de l'abbé Jean Carmignac, cet éminent savant hébraïsant dont les travaux scientifiques aboutissent à démontrer, d'une façon qui semble décisive, que les Évangiles, écrits très tôt et en langue sémitique, ont une valeur historique de premier ordre et sont les témoignages de disciples qui ont suivi Jésus ou de ceux qui les ont interrogés. Elle a pour but de faire connaître l'œuvre spirituelle et scientifique de ce prêtre et celle de tous les chercheurs qui, comme lui, contribuent à défendre l'historicité des Evangiles en s'attachant à la seule valeur d'arguments incontestables, appuyés sur des sciences telles que : l'histoire, la philologie, l'archéologie, la papyrologie...



Accueil > Français > Thèmes > Historicité des Évangiles > Historicité des Évangiles

Auteur :

VALENTINA MENSHIKOVA ( Vecernij Minsk 17-11-1997) - Bulletin Nr.0

Confirmer l’authenticité historique de la vie et des actions de Jésus-Christ - voilà le but de la présentation de témoignages historiques, de découvertes et d’objets d’art vieux de presque deux mille ans, organisée par la Fondation Biélorusse Républicaine Chrétienne qui prend le nom des Saints Cyrille et Méthode. Cette exposition, rendue possible grâce à l’Ambassade d’Italie en Biélorussie [1], a lieu dans les locaux de l’Université Européenne des Sciences Humaines.

Les visiteurs de l’exposition peuvent suivre la route faite par les disciples de Jésus-Christ. Les critiques de cette doctrine religieuse ont insisté sur l’idée que, pour idéaliser la personnalité du Christ et pour en créer le mythe, l’Eglise a pu introduire dans l’Evangile ce qui n’est jamais arrivé et gonfler des événements ordinaires. Mais en réalité aucun livre n’a subi une analyse critique aussi profonde que l’Evangile et les recherches démunies de préjugés ont toujours confirmé la réalité et la place historique des événements liés à Jésus. Voilà ce que disent les témoignages présentés par cette exposition.

Celle-ci continuera jusqu’au 24 novembre. L’entrée est libre.

VALENTINA MENSHIKOVA ( Vecernij Minsk 17-11-1997)

 

LES TRÉSORS DE LA TERRE SAINTE

Ces jours-ci, à la Faculté de Théologie de l’Université Européenne, le monde augmente de plus en plus pour visiter l’exposition "De la terre sainte à tous les peuples. La diffusion du christianisme aux premiers siècles", dédiée au 2000ème anniversaire du Christianisme. Les objets présentés peuvent être vus soit seul, soit en groupe avec un guide. Pour vous servir de guide vous aurez justement les étudiants de la faculté en question.

Cette manifestation culturelle a pris naissance en mars 1996 au moment où l’Association "Forum pour l’Amitié entre les Peuples" a organisé à Rimini (Italie) une exposition dont les 350 pièces prêtées par 30 musées du monde entier, racontaient l’histoire des débuts du Christianisme. Il y avait beaucoup à voir. Mais tout le monde n’a pas la possibilité de visiter le British Museum ou la Direction des Antiquités de Jérusalem ou encore de connaître les trésors conservés par la Sainte Commission Archéologique du Pape.

C’est pourquoi, compte tenu du grand intérêt soulevé par cette exposition et parce que les objets exposés ne peuvent pas l’être partout, des mesures ont été prises pour faire photographier les pièces présentées. La Fondation Républicaine chrétienne de Biélorussie dédiées aux saints Méthode et Cyrille en collaboration avec le centre "la Russie Chrétienne" d’Italie et avec la bibliothèque religieuse Chrétienne de Russie ont organisé l’exposition "De la Terre Sainte à tous les peuples" à Minsk.

Les quatre sections de celle-ci sont semblables à quatre escaliers qui portent au temple de l’esprit et permettent de se libérer du poids de la routine quotidienne et de penser aux choses éternelles. On peut savoir comment était la Palestine à l’époque du Christ, on peut connaître les événements de la vie de l’Eglise aux IIème et IIIème siècles, celle des apôtres et comment et quand est apparue la communauté chrétienne à la croisée des chemins des divers peuples.

<article10|mosaique|left>Ce qui fait impression ce sont les papyrus de la grotte Kumranskaya avec un texte de l’Évangile datant de 68, les objets ayant appartenu aux premiers chrétiens, les objets d’art de différentes époques. N’oublions pas la copie de l’inscription demeurée sur une pierre à travers les siècles disant que Ponce Pilate était une personne réelle.

N.K.

[1La vérité est que l’ambassade d’Italie n’a absolument pas collaboré à la mise en place de l’exposition mais qu’elle a découvert avec joie son existence au moment où elle a été invitée à son inauguration. Les responsables sont en fait les organismes cités dans l’article suivant de Litaratura i Mastaztva.



Documents dans cette section


Merci pour les cotisations 2017 et merci à celles qui vont suivre... Nous en avons besoin.

Nous arrivons à maintenir la cotisation à la somme modique de 15 euros (7 euros en cas de nécessité) en vous rappelant que sans elle, ni le bulletin ni le site ne peuvent exister, ni, bien sûr, aucun développement de la diffusion ou du site. Voici les indications nécessaires pour les adhérents qui désirent utiliser nos IBAN et BIC pour leur cotisation ou leurs dons :
N° de compte : 44 655 98B – Domiciliation : La Banque Postale, Centre Financier : La Source.
IBAN (Identifiant international de compte) : FR73 2004 1010 1244 6559 8B03 396.
BIC (Identifiant international de la banque) : PSSTFRPPSCE.



Articles choisis au hasard


LA BARQUE DE JÉSUS

Françoise Demanche - Bulletins Nr. 2


Photo de la "barque de Jésus" que le Ministère du Tourisme israélien nous a gracieusement adressée par l’intermédiaire de l’Office National Israélien du Tourisme de Milan. Nous les remercions vivement l’un et l’autre. Deux archéologues amateurs ont découvert - en 1986 - la carcasse d’un vieux bateau, envasé près de la rive de Génésareth en face de l’ancien site de Magdala, patrie de la Marie Magdeleine...
Les évangiles apocryphes

Marie Christine Ceruti


« L’adjectif « apocryphe », s’il se réfère à des textes chrétiens, que ce soit dans son acception positive et primitive – dans le sens qui a été utilisé d’abord – de « secret », « caché », ou dans celui, négatif et postérieur, de « faux », « inauthentique », implique un jugement de la part de celui qui connaît, tire profit, lit un texte déterminé et le définit précisément comme « apocryphe ». Il s’agit donc d’un mot...
La maison de Saint Pierre à Capharnaüm

Marie Christine Ceruti


Vue aérienne (il s’agit de l’édifice octogonal qui correspond aux vestiges de l’église du Vème siècle bâtie sur la maison de l’apôtre). Et dessin. Nous voyons bien sur le dessin réalisé à partir des données archéologiques que la maison se trouvait sur la rue principale de la petite bourgade mais que sa porte n’était pas dans l’alignement. Il y avait devant elle comme un « renfoncement », un petit espace....
Powered by Cryptos Advanced System