Association Jean Carmignac

AccueilFrançais Thèmes Apocryphes

Les évangiles apocryphes


novembre 2017
Auteur :

Marie Christine Ceruti

« L’adjectif « apocryphe », s’il se réfère à des textes chrétiens, que ce soit dans son acception positive et primitive – dans le sens qui a été utilisé d’abord – de « secret », « caché », ou dans celui, négatif et postérieur, de « faux », « inauthentique », implique un jugement de la part de celui qui connaît, tire profit, lit un texte déterminé et le définit précisément comme « apocryphe ». Il s’agit donc d’un mot connexe au moment de la réception plus qu’à celui de la composition du texte… »

… C’est ainsi que Emanuela Prinzivalli, professeur associé d’histoire du Christianisme antique à l’Université d’études de Pérouse commence un article sur les apocryphes. D’emblée nous voyons que la réalité des faits (rapportée ou non par les Evangiles) est une valeur qui n’existe pas. Seule existe la subjectivité, le « pour soi », parce que « il n’y a pas de faits mais seulement des interprétations » selon la formule de Nietzsche que vient de fustiger Monseigneur Caffarra, le nouvel archevêque de Bologne, en soulignant que nous avons affaire à une philosophie qui domine notre culture et rend toute éducation impossible. (C’est ce présupposé qui atteint de plein fouet la question de l’historicité des Evangiles mais qui pourrit aussi toute la question de la connaissance et à travers elle notre société en lui ôtant la vertu indispensable de l’espérance.)

Nous assistons aujourd’hui à une nouvelle offensive, un nouveau cheval de Troie pour entrer dans la citadelle catholique et essayer d’en saper les bases en détruisant les Evangiles. J’avais remarqué depuis quelque temps qu’à la fin des conférences sur leur historicité une personne au moins posait la question de ce qu’il fallait penser des évangiles apocryphes. La réaction normale, celle qu’a eue l’abbé Carmignac (Cf. notre n° 18) devant cette même interrogation à la fin de la conférence de Cambrai, consistait à dire : il s’agit soit de récits de style « contes de Noël », un peu mièvres et sans importance, soit de textes qui s’inspirent des vrais Evangiles en y mêlant adroitement les thèses gnostiques. Quant à la valeur historique de ces écrits, il faut dire que tel ou tel passage peut éventuellement renfermer quelque souvenir historique mais qu’il vaut mieux être prudent sur les points de détail et tout à fait sceptique sur l’ensemble. C’était l’attitude du chrétien sérieux. Aujourd’hui tout a changé et nous lisons, nous entendons partout que les Evangiles canoniques étant le fruit de longues traditions - orales qui plus est -, le résultat de ce que des communautés tardives ont voulu nous faire savoir de ce que « pour elles » était le Christ, la somme de couches sédimentaires variées empilées au cours des âges… ils ont exactement le même pedigree que les apocryphes. Et comme, de plus ou moins bonne foi, certains exégètes n’hésitent pas à dire que les évangiles apocryphes ont peut-être été écrits un peu tard mais qu’ils comportent des « éléments » plus anciens sans doute que les canoniques, nous nous apercevons tout d’un coup qu’ils n’hésitent pas non plus, au besoin, à faire d’un évangile apocryphe l’étalon qui va permettre de juger de l’historicité ou de la valeur du texte d’un Evangile canonique.
En analysant de près les textes exégétiques on s’aperçoit avec effarement que toutes les excuses sont bonnes (ou même pas d’excuse du tout) pour vieillir les apocryphes (comparez les dates qui leur sont données dans les différents manuels : non seulement elles varient beaucoup d’un exégète à l’autre, mais la tendance est toujours d’affirmer « telle date mais en fait origine beaucoup plus ancienne… »), alors que pour les Evangiles canoniques c’est l’inverse tous les prétextes sont avancés pour les rajeunir. Voyez ceci par exemple : La découverte du papyrus Rylands interdisait à tout jamais que l’Evangile de Saint Jean puisse être daté de plus tard que de 100, il n’empêchait pas du tout qu’il le soit de 50 ou même de plus tôt, mais le chœur des exégètes a décrété qu’il datait par conséquent de 100.
Une autre perfidie s’ajoute à la première : il s’agit d’attribuer à l’Eglise des origines la culpabilité d’avoir imposé dictatorialement la canonicité des textes qui lui étaient le plus profitables. Autrement dit ce n’est pas parce que les Evangiles canoniques reproduisent des faits réellement arrivés qu’ils sont entrés au canon des Ecritures, non c’est parce que l’Eglise despote et assoiffée de pouvoir a considéré arbitrairement que ceux-là soutiendraient son autorité et que tout aussi arbitrairement elle a exclu les autres qui pouvaient lui nuire, bien qu’ils eussent la même valeur. .
Il est évident ici que des travaux comme ceux de l’abbé Carmignac et de tous nos amis, qui datent les Evangiles canoniques de l’époque où vivaient encore des témoins oculaires, mettent en grande difficulté notre cheval de Troie. S’il existe un fossé, large et non-navigable, entre les dates des canoniques et celles des apocryphes, si les premiers relèvent de témoins et les autres pas du tout, comment attribuer plus de « vérité » aux seconds ou prétendre que leur exclusion a été inique ? Le cheval tombe à l’eau.



Merci pour les cotisations 2017 et merci à celles qui vont suivre… Nous en avons besoin.

Nous arrivons à maintenir la cotisation à la somme modique de 15 euros (7 euros en cas de nécessité) en vous rappelant que sans elle, ni le bulletin ni le site ne peuvent exister, ni, bien sûr, aucun développement de la diffusion ou du site. Envoyez votre chèque rédigé au nom de "Association Jean Carmignac", à l'adresse de notre siège social :

Association Jean Carmignac (chez Editions F.-X. de Guibert), 10.rue Mercœur, 75011 Paris.

(Notez bien cette adresse qui est à la fois notre adresse postale et celle de notre siège social.)
Voici les indications nécessaires pour les adhérents qui désirent utiliser nos IBAN et BIC pour leur cotisation ou leurs dons :
N° de compte : 44 655 98B – Domiciliation : La Banque Postale, Centre Financier : La Source.
IBAN (Identifiant international de compte) : FR73 2004 1010 1244 6559 8B03 396.
BIC (Identifiant international de la banque) : PSSTFRPPSCE.



Trois articles récents


Conférence de Cambrai

Jean Carmignac - Bulletin n° 4


Partie 1 Les Évangiles sont-ils des ouvrages historiques auxquels nous puissions faire confiance, pleinement confiance, et donc qui nous permettent d’avoir un témoignage direct sur Jésus ? Voilà le problème tel qu’il se pose. Je n’ai pas besoin de vous dire la façon dont on le résout trop souvent, à la suite surtout de l’exégète allemand Bultmann. J’aurais beaucoup de choses à vous dire sur ce...
Quelques réflexions sur la nouvelle traduction du Pater

Comme chacun sait, nous venons, en France, de changer la sixième demande du Pater à laquelle l’abbé Carmignac était si opposé. Nous avons demandé au Professeur Luciani, l’excellent helléniste en titre de notre association, de nous dire ce qu’il pense du problème posé par le texte grec du Pater. La sixième demande du Pater pose un redoutable problème ; la formule jusqu’à présent en usage dans l’Eglise...
Bulletins

1998 - 2002 1998 Numéro 0 1999 Numéro 1 Numéro 2 Numéro 3 Numéro 4 2000 Numéro 5 Numéro 6 Numéro 7 Numéro 8 2001 Numéro 9 Numéro 10 Numéro 11 Numéro 12 2002 Numéro 13 Numéro 14 Numéro 15 Numéro 16 2003 - 2007 2003 Numéro 17 Numéro 18 Numéro 19 Numéro 20 2004 Numéro 21 Numéro 22 Numéro 23 Numéro 24 2005 Numéro...
Powered by Cryptos Advanced System