Association Jean Carmignac

AccueilFrançais Thèmes Jean Carmignac

Évocation de l’abbé Carmignac par un de ses anciens élèves


août 2013
Auteur :

Robert CUNY - Bulletins Nr. 0

Monsieur Robert Cuny a été l’élève de l’Abbé Jean Carmignac au grand séminaire de Saint Dié, de septembre 1940 à septembre 1943. Il a donné à l’Association les notes précieuses – et très complètes – qu’il prit pendant le cours que l’abbé Carmignac consacra à Saint Paul au long de ces trois années, comme il le relate avec émotion dans l’éditorial des Nouvelles de décembre 2005 (n°28). [ndlr]

Né le 7 août 1914, Jean Carmignac est entré au petit séminaire de Mattaincourt, dans les Vosges, en 1925, puis au grand séminaire de Saint-Dié en 1931. Cette démarche avait pris sa source dans une âme encore très jeune mais déjà décidée à consacrer sa vie à quelque chose d’utile et qui n’avait pas tardé à comprendre que "rien ne serait plus utile que de devenir prêtre et de travailler au salut des âmes."

Soucieux de la formation spécialisée d’un certain nombre de futurs prêtres, le pape Pie XI avait demandé que des élèves des grands séminaires fussent envoyés à Rome pour y suivre les cours des universités pontificales, l’"Angelicum" et la "Grégorienne". En octobre 1934, l’abbé Carmignac fut désigné pur aller préparer à Rome les licences de Théologie et d’Ecriture Sainte ; il y commença l’étude de l’hébreu. A l’issue de cette période qui dura cinq ans, l’abbé Carmignac revint dans son diocèse muni des deux licences qu’il avait préparées. Il avait été ordonné prêtre le Samedi-Saint 27 mars 1937, dans la chapelle du grand séminaire de Saint-Dié. Au mois d’octobre 1939, il fut chargé des cours d’Ecriture Sainte et de Théologie morale au grand séminaire. Sur son initiative, un cours d’hébreu fut institué dans cet établissement. Ce cours commençait par la récitation du "Notre Père" en hébreu. Il convient de rappeler que le "Notre Père" fut par la suite le sujet de sa très emarquable thèse de doctorat, soutenue à la Faculté de Théologie de l’Institut Catholique de Paris, en janvier 1969, et à laquelle fut décernée la plus haute mention (« maxima cum laude »).

C’est le prêtre aussi que l’on trouvait dans son bureau, accueillant ceux qui s’adressaient à lui pour recevoir ses directives spirituelles, toujours exprimées dans un langage sobre et précis. Il savait écouter avec attention ; sa clairvoyance était en même temps bienveillance. On notera tout particulièrement son sens de la Providence divine qui lui était, pour ainsi dire, co-naturel, en sorte qu’il n’y avait pas de place en lui pour le pessimisme.

L’abbé Carmignac ne mettait pas de limite à son dévouement. Il en donna la preuve lorsque, déjà chargé de deux cours, on lui confia en outre la lourde responsabilité d’assurer la nourriture des 175 personnes que comprenait l’ensemble de la communauté du séminaire, pendant une période où cette tâche était particulièrement difficile en zone "occupée". Cela consistait pour lui à voyager de nuit, par tous les temps, dans une camionnette à gazogène - souvent en panne - pour collecter des vivres dans les régions agricoles des Vosges. "A ce régime, a-t-il écrit, la tuberculose m’a vite terrassé et, en juillet 1943, je devais partir au sana de Thorenc." Cependant, n’étant pas à Saint-Dié à cause de sa maladie, il échappa à la déportation des hommes qui eut lieu dans cette ville en novembre 1944. La Providence divine le préservait ainsi pour l’orienter, après un rétablissement assez satisfaisant de sa santé, vers une autre étape de sa vie qui pourrait se résumer en deux mots : Qumrân et les Synoptiques.

Puissions-nous accueillir et transmettre le message de la vie de l’abbé Jean Carmignac, toute de dévouement, de probité, de bonté accueillante et de sérénité.

Robert CUNY 20 juin 1998


Merci pour les cotisations 2017 et merci à celles qui vont suivre… Nous en avons besoin.

Nous arrivons à maintenir la cotisation à la somme modique de 15 euros (7 euros en cas de nécessité) en vous rappelant que sans elle, ni le bulletin ni le site ne peuvent exister, ni, bien sûr, aucun développement de la diffusion ou du site. Envoyez votre chèque rédigé au nom de "Association Jean Carmignac", à l'adresse de notre siège social :

Association Jean Carmignac (chez Editions F.-X. de Guibert), 10.rue Mercœur, 75011 Paris.

(Notez bien cette adresse qui est à la fois notre adresse postale et celle de notre siège social.)
Voici les indications nécessaires pour les adhérents qui désirent utiliser nos IBAN et BIC pour leur cotisation ou leurs dons :
N° de compte : 44 655 98B – Domiciliation : La Banque Postale, Centre Financier : La Source.
IBAN (Identifiant international de compte) : FR73 2004 1010 1244 6559 8B03 396.
BIC (Identifiant international de la banque) : PSSTFRPPSCE.



Trois articles récents


Qui est Jean Carmignac ?

Association Jean Carmignac


Naissance à Paris le 7 août 1914, puis après 1919 enfance à Marey, village proche des Vosges (à 20 km au sud de Vittel). Dès l’âge de 12 ans, vocation à la prêtrise qui ne se démentira plus. Distingué dès le séminaire par son intelligence brillante, son goût de l’étude et sa foi profonde, son évêque l’envoie à Rome faire une double licence de Théologie et d’ Ecriture Sainte ; il y suit également des cours...
Conférence de Cambrai

Jean Carmignac - Bulletin n° 4


Partie 1 Les Évangiles sont-ils des ouvrages historiques auxquels nous puissions faire confiance, pleinement confiance, et donc qui nous permettent d’avoir un témoignage direct sur Jésus ? Voilà le problème tel qu’il se pose. Je n’ai pas besoin de vous dire la façon dont on le résout trop souvent, à la suite surtout de l’exégète allemand Bultmann. J’aurais beaucoup de choses à vous dire sur ce...
Le Sénatus-Consulte de l’an 35, Porphyre et la relation de Pilate

Ilaria Ramelli


La législation anti-chrétienne à Rome remonte à quelques années après la mort et la Résurrection de Jésus-Christ et est due à un sénatus-consulte – c’est-à-dire à une décision officielle du Sénat – de l’an 35 (1), même si le pouvoir impérial n’a pas donné suite aux accusations portées contre les Chrétiens au moins jusqu’en 62 : avant cette date, en effet, les Chrétiens n’ont jamais été condamnés en tant que tels...
Powered by Cryptos Advanced System