Association Jean Carmignac



L'association tient son nom de l'abbé Jean Carmignac, cet éminent savant hébraïsant dont les travaux scientifiques aboutissent à démontrer, d'une façon qui semble décisive, que les Évangiles, écrits très tôt et en langue sémitique, ont une valeur historique de premier ordre et sont les témoignages de disciples qui ont suivi Jésus ou de ceux qui les ont interrogés. Elle a pour but de faire connaître l'œuvre spirituelle et scientifique de ce prêtre et celle de tous les chercheurs qui, comme lui, contribuent à défendre l'historicité des Evangiles en s'attachant à la seule valeur d'arguments incontestables, appuyés sur des sciences telles que : l'histoire, la philologie, l'archéologie, la papyrologie...



Accueil > Français > Thèmes > Les Linges > Les Linges

Auteur :

Jeanne Ducatillon - Bulletin Nr. 3

Que voit Simon Pierre pénétrant dans le tombeau le matin de Pâques ? selon la Bible de Jérusalem, nouvelle édition 1998, « Il voit les linges gisant à terre, ainsi que le suaire qui avait recouvert sa tête ; non pas avec les linges, mais roulé à part dans un endroit. »

L’expression ’dans un endroit’ rend exactement les trois derniers mots grecs ’eis héna topon’ ; mais elle n’ajoute aucune précision à la phrase et y apparaît comme un inutile remplissage. L’édition précédente (1995) portait ’roulé dans un endroit à part’. Cet ordre des mots était meilleur. On pouvait cependant lui reprocher de ne pas suivre le grec et d’avoir transporté abusivement à la fin, le mot ’khoris’, ’à part’, placé plus haut. Quant à traduire ’dans un seul endroit’ selon l’autre sens de ’héna’, ce serait acceptable, s’il y avait dans ce qui précède un terme signifiant ’disséminé’ ou ’éparpillé’ qui permettrait d’établir un contraste entre les linges répandus çà et là et le suaire ramassé en un seul point. Or, il n’y en a pas. ’Keiména’, le participe passé apposé aux linges, ’othonia’, ne peut avoir ce sens.

Pierre, entré dans le tombeau le matin de Pâques, cherche à comprendre le spectacle qui s’offre à lui. Le verbe théorei employé ici marque en effet un regard attentif, plus inquisiteur que le simple blépei. Ce qu’il voit d’abord et qui doit l’étonner, ce sont les linges aplatis, ’keiména’ : ils ont perdu leur enflure, le corps qu’ils recouvraient ayant mystérieusement disparu. Son regard tombe ensuite sur le soudarion. Mais, autre sujet d’étonnement, ce soudarion n’est pas à plat keimenon comme les autres linges ; il présente un renflement entetuligménon. En outre, il n’est pas là où on s’attendait à le trouver. Au lieu d’être parmi les autres linges, il est séparé d’eux, comme l’indique clairement le mot ’khoris’ souvent traduit par ’à part’. de plus, il devrait, selon le rituel, occuper l’emplacement de la tête. Mais l’adjectif ’atopon’ que nous lisons maintenant dans le texte, interdit de le supposer à cet endroit. Formé en effet du préfixe a et du nom topos, il signifie selon le sens premier qu’il doit à l’étymologie et qu’indiquent tous les dictionnaires ’hors de son lieu et place’.

Ces faits, joints au plus stupéfiant de tous, l’absence du cadavre, suggèrent l’hypothèse d’une irruption de voleurs dans le sépulcre. Mais quel voleur aurait pris la peine d’ôter les linges et de défaire les ligatures pour n’enlever que le corps ?

Tous les accessoires funèbres se trouvent donc encore présents dans le tombeau, lorsque Simon Pierre y pénètre en ce matin de Pâques. Mais il n’en voit aucun dans la position où il devait se trouver le vendredi soir après l’ensevelissement et, mystère supplémentaire, le corps n’est plus là.

A la différence de Luc (24,12), Jean ne dit pas l’étonnement de Pierre devant ce spectacle insolite. Mais le mot final atopon, par ses sens dérivés, le laisse entendre.

Voici la traduction :

Simon Pierre observe les linges à plat et le suaire qui était sur la tête (de Jésus) non pas avec les linges, mais séparé d’eux, enroulé et refermé sur lui-même, hors de sa place.

Jeanne Ducatillon


Documents dans cette section


Merci pour les cotisations 2017 et merci à celles qui vont suivre... Nous en avons besoin.

Nous arrivons à maintenir la cotisation à la somme modique de 15 euros (7 euros en cas de nécessité) en vous rappelant que sans elle, ni le bulletin ni le site ne peuvent exister, ni, bien sûr, aucun développement de la diffusion ou du site. Voici les indications nécessaires pour les adhérents qui désirent utiliser nos IBAN et BIC pour leur cotisation ou leurs dons :
N° de compte : 44 655 98B – Domiciliation : La Banque Postale, Centre Financier : La Source.
IBAN (Identifiant international de compte) : FR73 2004 1010 1244 6559 8B03 396.
BIC (Identifiant international de la banque) : PSSTFRPPSCE.



Articles choisis au hasard


Les noces de Cana

Françoise Demanche - Bulletin N° 4


Les noces de Cana Sur la lancée de Bultmann, certains exégètes ou soi-disant historiens de la vie de Jésus, ont voulu enlever aux noces de Cana son statut de miracle, le premier accompli publiquement par Jésus. On nous dit qu’il s’agit là d’une parabole destinée à illustrer cette vérité qu’une nouvelle alliance venait remplacer l’ancienne. Or quel argument nous donne-t-on pour étayer cette interprétation...
Bulletins

1998 - 2002 1998 Numéro 0 1999 Numéro 1 Numéro 2 Numéro 3 Numéro 4 2000 Numéro 5 Numéro 6 Numéro 7 Numéro 8 2001 Numéro 9 Numéro 10 Numéro 11 Numéro 12 2002 Numéro 13 Numéro 14 Numéro 15 Numéro 16 2003 - 2007 2003 Numéro 17 Numéro 18 Numéro 19 Numéro 20 2004 Numéro 21 Numéro 22 Numéro 23 Numéro 24 2005 Numéro...
Quelques réflexions sur la nouvelle traduction du Pater

Comme chacun sait, nous venons, en France, de changer la sixième demande du Pater à laquelle l’abbé Carmignac était si opposé. Nous avons demandé au Professeur Luciani, l’excellent helléniste en titre de notre association, de nous dire ce qu’il pense du problème posé par le texte grec du Pater. La sixième demande du Pater pose un redoutable problème ; la formule jusqu’à présent en usage dans l’Eglise...
Powered by Cryptos Advanced System