Association Jean Carmignac



L'association tient son nom de l'abbé Jean Carmignac, cet éminent savant hébraïsant dont les travaux scientifiques aboutissent à démontrer, d'une façon qui semble décisive, que les Évangiles, écrits très tôt et en langue sémitique, ont une valeur historique de premier ordre et sont les témoignages de disciples qui ont suivi Jésus ou de ceux qui les ont interrogés. Elle a pour but de faire connaître l'œuvre spirituelle et scientifique de ce prêtre et celle de tous les chercheurs qui, comme lui, contribuent à défendre l'historicité des Evangiles en s'attachant à la seule valeur d'arguments incontestables, appuyés sur des sciences telles que : l'histoire, la philologie, l'archéologie, la papyrologie...



Accueil > Français > Thèmes > Historicité de l’Ancien Testament > Historicité de l’Ancien Testament

Auteur :

Antoine Luciani

La question vaut d’être posée. Pour Jésus, en effet, Moïse est un personnage historique : « Et, de même que Moïse éleva le serpent au désert, ainsi faut-il que soit élevé le Fils de l’homme, afin que tout homme qui croit en lui possède la vie éternelle » (Jean, III, 14-17). Dès lors, mettre en doute l’existence de Moïse n’est-ce pas mettre en doute la parole de Jésus, et sa divinité ? C’est ce qu’ont fait les media, après l’émission récente de France 5 intitulée La Bible dévoilée. Et même des publications catholiques. Ainsi Le monde de la Bible, sous la plume de J. L. Pouthier, écrit sans sourcilier : « La Bible n’est pas toujours une histoire "vraie", en tout cas au sens où l’entendent les historiens. Parce qu’il proposait une sorte de bilan de ce que l’archéologie nous enseigne sur le "vrai" de la Bible, l’essai d’Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman, La Bible dévoilée [1], publié en 2002 aux éditions Bayard, a été un succès de librairie... Pour Israël Finkelstein et Neil Silberman les histoires d’Abraham, de Moïse et de l’Exode, de la conquête de Canaan et du grand royaume de David et Salomon, ne sont que des récits mythiques repris au septième siècle par un roi de Juda, Josias, soucieux de légitimer ses ambitions nationalistes. » A cela le catholique Pouthier ne répond rien.
La réplique, pourtant, il aurait pu la trouver dans Les mystères du Mont Sinaï. Har Karkom, livre magistral d’un agnostique, le grand archéologue italien Emmanuel Anati, édité par Payot voici déjà vingt ans, réédité en 2000 par Bayard et suivi de nombreuses publications sur le même sujet. Il est fort surprenant que M. Pouthier n’ait pas connu ces travaux, et plus surprenant encore que, s’il les a connus, il les ait passés sous silence.
Mais qu’ont découvert le Professeur Anati et son équipe ?
La première découverte de ces archéologues, est que le véritable mont Sinaï dont parle la Bible, n’était pas, comme on le croyait, le Djebel Musa, mais, à 200 kms environ au nord de ce dernier, le mont actuellement nommé Har Karkom, qui servait, depuis 40000 ans, de sanctuaire, et où, comme l’a montré Rosetta Bastoni, vers 3000 avant Jésus-Christ on adorait la lune sous le nom du dieu mésopotamien Sin. De très nombreux vestiges - pierres gravées, menhirs, tombeaux, tumulus - ne laissent aucun doute à ce sujet. Depuis des temps immémoriaux cette montagne était "la montagne de Dieu", et l’activité cultuelle y était intense. [2]
La seconde découverte est le singulier parallélisme entre ce que nous révèle l’archéologie et les récits bibliques, un parallélisme qu’on ne saurait attribuer à une simple coïncidence. Exemples : les douze pierres que Moïse dressa au pied du mont, et qui figurent chacune une tribu d’Israël, nous les trouvons bien en ce lieu ; une gravure rupestre représente une houlette surmontée de deux cornes, symboles de puissance, avec, à sa gauche, un idéogramme signifiant « changer », et, à sa droite, un serpent : n’est-ce pas le bâton qu’Aaron jeta aux pieds de Pharaon ? Nous voyons aussi sur une pierre gravée, les « tables de pierre » semblables à celles qui représenteront plus tard les Tables de la Loi de Moïse. Nous trouvons même une caverne, dite « caverne de l’ermite », qui n’est pas sans évoquer le récit biblique de Moïse venant à la montagne et y demeurant, seul, pendant 40 jours. D’une façon générale tout le récit biblique de l’Exode s’éclaire à la lumière des découvertes archéologiques du Pr Anati.
Reste l’objection majeure de Finkelstein : les récits bibliques ne sont pas historiques, et ne peuvent l’être, pour la bonne raison qu’au 13è siècle avant Jésus-Christ., époque présumée de la conquête de Canaan, « la plupart des villes mentionnées n’existaient pas », et qu’au surplus aucun texte égyptien de cette époque ne mentionne cette fuite des Israélites hors d’Egypte. Le raisonnement serait irréfutable si la datation des exégètes était certaine ; or, elle ne l’est pas ; et même elle est certainement fausse. En revanche les analogies entre le récit biblique et les textes égyptiens et mésopotamiens du 3è millénaire, - spécialement de la fin du millénaire – sont frappantes.
La conclusion s’impose : l’Exode n’est pas un mythe, mais il faut reporter les évènements un millénaire environ plus haut dans le passé.
On peut donc se fier à la Bible. Certes l’archéologie ne nous enseigne pas que Moïse eut la révélation de Dieu. Il nous suffit qu’elle prouve que ce que Finkelstein déclarait impossible ne l’est pas, et même que cela est très vraisemblable. Il n’y a plus d’obstacle pour la Foi. §

[1Voir l’article de Charles Commeaux, La Bible escamotée, dans Les Nouvelles de l’Association Jean Carmignac de novembre 2002, n°16.

[2Le cas de lieux de cultes anciens que Dieu choisit pour S’annoncer aux hommes n’est pas rare. Rappelons qu’en décembre 1531 la Sainte Vierge apparut à l’indien Juan Diego, lui demandant que soit construite une église sur la colline du Tepeyac, près de Mexico, où les Aztèques jusqu’à peu auparavant adoraient Tonantzin, la mère de leurs dieux. C’est là, à Notre Dame de Guadalupe, qu’une image de la Vierge s’est imprimée – de façon inexplicable par la science d’aujourd’hui - sur le manteau de Juan Diego. Ainsi, à Har-Karkom, Moïse n’a-t-il pas été mystérieusement guidé vers ce lieu où s’étaient succédé tant de cultes idolâtres pour qu’y éclate la majesté du « Dieu jaloux », « Iahwé-Je Suis », le seul vrai Dieu, et que la montagne des dieux devienne ainsi la montagne de Dieu ?



Documents dans cette section


Merci pour les cotisations 2017 et merci à celles qui vont suivre... Nous en avons besoin.

Nous arrivons à maintenir la cotisation à la somme modique de 15 euros (7 euros en cas de nécessité) en vous rappelant que sans elle, ni le bulletin ni le site ne peuvent exister, ni, bien sûr, aucun développement de la diffusion ou du site. Voici les indications nécessaires pour les adhérents qui désirent utiliser nos IBAN et BIC pour leur cotisation ou leurs dons :
N° de compte : 44 655 98B – Domiciliation : La Banque Postale, Centre Financier : La Source.
IBAN (Identifiant international de compte) : FR73 2004 1010 1244 6559 8B03 396.
BIC (Identifiant international de la banque) : PSSTFRPPSCE.



Articles choisis au hasard


Catalogue des manuscrits géorgiens littéraires du Mont Sinaï

M.-C. Ceruti


Catalogue des manuscrits géorgiens littéraires du Mont Sinaï Il nous a semblé que nos adhérents seraient heureux de voir publier dans nos Nouvelles la reproduction de deux pages de l’ouvrage de Gérard Garitte Catalogue des manuscrits géorgiens littéraires du Mont Sinaï, publié à Louvain en 1956, portant des dates précises pour la rédaction des Evangiles. Le texte latin porte successivement page 52,...
Le voile du Temple déchiré l’Homme de bien

Jacqueline C. Olivier


Flavius Josèphe : le voile du Temple déchiré, l’Homme de bien livré à la mort, le tombeau vide.. Le texte de Flavius Josèphe que nous avons publié dans le dernier bulletin – Hérode, les Mages et le Massacre des Innocents – ayant suscité l’intérêt de plusieurs de nos lecteurs, nous continuons à explorer cette fameuse « version slavone » (car retrouvée en vieux russe uniquement) intitulée La prise de...
La tragédie de Sénèque Hercules Oetaeus

Ilaria Ramelli


...et ses contacts possibles avec le début du Christianisme. La tragédie latine intitulée Hercules Oetaeus (Hercule sur le Mont Eta) nous est parvenue dans le corpus des œuvres de Sénèque, même si, aujourd’hui, la plupart des critiques la considèrent comme probablement inauthentique et due à un émule de Sénèque, d’école philosophique manifestement stoïcienne. La datation se place, selon toute probabilité,...
Powered by Cryptos Advanced System