Association Jean Carmignac



L'association tient son nom de l'abbé Jean Carmignac, cet éminent savant hébraïsant dont les travaux scientifiques aboutissent à démontrer, d'une façon qui semble décisive, que les Évangiles, écrits très tôt et en langue sémitique, ont une valeur historique de premier ordre et sont les témoignages de disciples qui ont suivi Jésus ou de ceux qui les ont interrogés. Elle a pour but de faire connaître l'œuvre spirituelle et scientifique de ce prêtre et celle de tous les chercheurs qui, comme lui, contribuent à défendre l'historicité des Evangiles en s'attachant à la seule valeur d'arguments incontestables, appuyés sur des sciences telles que : l'histoire, la philologie, l'archéologie, la papyrologie...



Accueil > Français > Thèmes > Qûmran > Qûmran

Auteur :

Gino Zaninotto - Bulletin Nr.0

Sur ce sujet le professeur Gino Zaninotto a communiqué à l’intention de notre Association l’extrait suivant du livre de Otto Betz-Rainer Riesner, "Gesù, Qumran e il Vaticano. Chiarimenti" ("Jésus, Qumrân et le Vatican. Eclaircissements") Editions Vaticana, 1995, pages 221-23. Nous l’en remercions vivement.

« Le texte "Miqsat Ma’ase ha-Torah" de la grotte 4, qui a enfin eu une publication officielle en 1994, est particulièrement intéressant pour la question de la formation des premiers Chrétiens. La lettre nous est parvenue de façon fragmentaire en six exemplaires au moins, ce qui montre à quel point il était important de conserver l’enseignement du fondateur de la communauté. A partir d’un exemple contemporain comme celui-là, il est difficile de comprendre pourquoi les premiers Chrétiens auraient dû attendre au moins vingt ans après la Crucifixion et la Résurrection pour écrire quelque chose sur Jésus. Rudolf Pesch ("Das Evangelium der Urgemeinde" [Herder TB 678], Freiburg 1979) et Gerd Theissen ("Lokalokolorit und Zeitgeschichte in den Evangelien. Ein Beitrag ur Geschichte der synoptischen Tradition", Freiburg/Schweiz-Gottingen 1989) soutiennent eux aussi maintenant avec d’autres arguments que la rédaction de parties essentielles de la tradition synoptique remonte à déjà avant 40 ap. J.-C.. Si des Esséniens convertis s’étaient unis à la communauté chrétienne primitive, il se peut qu’il y ait eu au sein de celle-ci un groupe possédant une formation de tout premier ordre à la connaissance des Ecritures et qui savait comment traiter la tradition (cf. R. RIESNER, "Jesus as Preacher and Teacher", in H. Wansbrough, Jesus and the Oral Gospel Tradition, Sheffield 1991, pp. 183-210 (193- 195 ; 205-207). Il faut alors être prudents avant d’attribuer sans conteste les affirmations d’une certaine profondeur seulement à une époque plus tardive. Ces convictions doctrinales, au contraire, pourraient être présentes déjà plus tôt et même en Palestine (...).

(...) Une comparaison avec les textes de Qumrân montre que certaines expressions et certaines descriptions du Nouveau Testament, considérées par beaucoup comme grecques et d’époque tardive, sont plutôt palestiniennes et d’époque plus ancienne.

Ceci concerne même certaines parties très discutées du Nouveau Testament comme l’Evangile de Jean et les premiers chapitres des Actes des Apôtres. L’Eglise primitive a beaucoup pensé à la preparatio Evangelica, c’est à dire à la façon dont Dieu avait déjà préparé la révélation de l’Evangile au cours de l’histoire du monde. »

Gino Zaninotto


Documents dans cette section


Merci pour les cotisations 2017 et merci à celles qui vont suivre... Nous en avons besoin.

Nous arrivons à maintenir la cotisation à la somme modique de 15 euros (7 euros en cas de nécessité) en vous rappelant que sans elle, ni le bulletin ni le site ne peuvent exister, ni, bien sûr, aucun développement de la diffusion ou du site. Voici les indications nécessaires pour les adhérents qui désirent utiliser nos IBAN et BIC pour leur cotisation ou leurs dons :
N° de compte : 44 655 98B – Domiciliation : La Banque Postale, Centre Financier : La Source.
IBAN (Identifiant international de compte) : FR73 2004 1010 1244 6559 8B03 396.
BIC (Identifiant international de la banque) : PSSTFRPPSCE.



Articles choisis au hasard


Un nouveau détail observé sur le Saint Linceul de Turin

Reginald Wehrkamp-Richter N° 50


Depuis qu’en 1898 le photographe italien Secondo Pia a prouvé que le Linceul de Turin est un négatif, et depuis les recherches approfondies en 1978 de l’équipe américaine du STuRP, se succèdent sans interruption de nombreux travaux scientifiques de plus en plus poussés. Ainsi, après 1986, le développement du microscope électronique a permis de photographier et d’étudier avec un très fort grossissement...
Le « Troisième Mur » d’Hérode Agrippa Ier (roi de Judée de 41 à 44 ap. J.-C.)

Reginald Wehrkamp-Richter
avec la collaboration de J. C. Olivier


Le « Troisième Mur » d’Hérode Agrippa Ier (roi de Judée de 41 à 44 ap. J.-C.) Indice probant d’une rédaction précoce des Evangiles ? Nous remercions vivement Monsieur Reginald Wehrkamp-Richter pour cette réflexion « de bon sens » concernant le troisième rempart de Jérusalem, bien connu des historiens comme des archéologues, dont Flavius Josèphe parle à plusieurs reprises dans les deux versions qu’il fit...
Saint Luc a-t-il peint un portrait de la Vierge ?

Marie Christine Ceruti


Il est de bon ton aujourd’hui de rejeter cette tradition d’un revers de main en alléguant que cette « légende » a pour origine la description de la Mère de Dieu plus amplement dépeinte dans les écrits de cet Evangéliste que chez les autres. N’est-ce pas un peu simplet comme objection ? Et celle-ci n’est-elle pas fondée secrètement sur la peur de paraître naïf aux yeux de ceux qui se prétendent...
Powered by Cryptos Advanced System