Association Jean Carmignac



L'association tient son nom de l'abbé Jean Carmignac, cet éminent savant hébraïsant dont les travaux scientifiques aboutissent à démontrer, d'une façon qui semble décisive, que les Évangiles, écrits très tôt et en langue sémitique, ont une valeur historique de premier ordre et sont les témoignages de disciples qui ont suivi Jésus ou de ceux qui les ont interrogés. Elle a pour but de faire connaître l'œuvre spirituelle et scientifique de ce prêtre et celle de tous les chercheurs qui, comme lui, contribuent à défendre l'historicité des Evangiles en s'attachant à la seule valeur d'arguments incontestables, appuyés sur des sciences telles que : l'histoire, la philologie, l'archéologie, la papyrologie...



AccueilFrançais Thèmes Historicité des Évangiles

Les noces de Cana


novembre 2013
Auteur :

Françoise Demanche - Bulletin N° 4

Les noces de Cana

Sur la lancée de Bultmann, certains exégètes ou soi-disant historiens de la vie de Jésus, ont voulu enlever aux noces de Cana son statut de miracle, le premier accompli publiquement par Jésus. On nous dit qu’il s’agit là d’une parabole destinée à illustrer cette vérité qu’une nouvelle alliance venait remplacer l’ancienne.

Or quel argument nous donne-t-on pour étayer cette interprétation ? En dehors du présupposé qu’un miracle ce n’est pas scientifiquement correct, on ne nous fournit comme preuve que ceci : le nom du marié n’est pas indiqué.

Est-ce suffisant pour jeter le doute ?

Bien d’autres personnages, héros de tel ou tel épisode de l’évangile, n’ont pas eu leur nom conservé.

Les évangélistes ne nous citent pas le nom du lépreux guéri à Capharnaüm, ni du paralytique pardonné, puis guéri, ni du démoniaque du pays des Guéraséniens, ni de la Syro-phénicienne venue demander la guérison de sa fille, ni du centurion à la foi si vive. Cela ne prouve pas qu’il s’agisse là de contes édifiants.

Plusieurs détails du récit suggèrent au contraire que la scène n’a pas dû être inventée : d’abord l’intervention de Marie, quand elle s’avise du manque de vin. Elle faisait partie des invités, le souci du ravitaillement de la noce n’entrait donc pas dans son rôle. Quant à son cours dialogue avec son fils, il est si énigmatique qu’un conteur de paraboles ne s’y serait sans doute pas aventuré, ou bien en aurait fourni l’explication. L’autre élément pris sur le vif est l’étonnement de l’ordonnateur du festin, en reconnaissant la qualité supérieure du vin. Quand les serviteurs eurent expliqué le phénomène et quand les invités eurent goûté ce nectar, on peut facilement imaginer l’enthousiasme délirant de toute la noce. Aussi Jean conclut avec une certaine solennité : « Tel fut le premier des signes de Jésus, il l’accomplit à Cana en Galilée, et il manifesta sa gloire et ses disciples crurent en Lui. » Le signe miraculeux a produit son effet, susciter la foi des premiers disciples et faire connaître la puissance du nouveau prophète.

Jean, tout le premier, a dû être frappé par l’évènement, car il y revient au chapitre IV, 46, avant de relater la guérison du fils du fonctionnaire royal : « Il retourna alors à Cana en Galilée, où il avait changé l’eau en vin. »

L’archéologie vient récemment d’apporter une confirmation de l’historicité du passage. Les fouilles opérées à Jérusalem de 1969 à 1978, après les destructions dues à la guerre, dans l’ancien quartier haut, proche du temple, ancien quartier des grands prêtres, ont permis de retrouver dans les palais écroulés et notamment dans la « maison brûlée », une quantité d’objets taillés dans la pierre. Une fois les morceaux soigneusement assemblés et recollés, on a pu reconstituer des tables, les unes rondes, les autres rectangulaires, des pilons et mortiers, des cadrans solaires, des couvercles, des plateaux, des gobelets. La trouvaille la plus surprenante fut celle de quelques urnes en pierre de grande capacité, monolithiques. Certaines d’entre elles sont montées sur un pied, comme des coupes. Il faut deux hommes pour les soulever quand elles sont vides. Ces objets ont été sculptés dans le calcaire tendre de la région. Les pièces de monnaie retrouvées parmi les décombres de la « maison brûlée » sont antérieures à 69, ce qui permet de conclure que ce bâtiment a été détruit au moment du siège de Jérusalem et que le mobilier trouvé est antérieur à cette date.

Dans d’autres quartiers de la ville et dans d’autres sites comme Massada, Qumrân, Herodium, Jéricho, Gamla et Jotapata en Galilée, des récipients en terre ont aussi été découverts, mais en moindre quantité. Ce type de récipient est surtout abondant au 1er siècle avant et au 1er siècle après l’ère chrétienne.

Le texte de Jean II, 6 : « Il y avait là six urnes de pierre, destinées aux purifications des Juifs, contenant chacune deux ou trois mesures (métrètes = 40 lites) », apporte la solution à la question qui se pose. A quoi servaient ces urnes ? Un passage de la Mishnah (Oholot 5) relatif aux règles de pureté et impureté rituelles, confirme celui de Jean : Les objets en poterie, en bois, en métal, en matière textile, etc... peuvent devenir impurs, s’ils sont en contact avec une personne ou un autre élément impur, alors que les objets en pierre échappent à toute impureté.

Utiliser des objets en pierre permet donc d’éviter le risque et c’est ce qui a dû faire leur succès, malgré le prix élevé que devaient atteindre ces objets, notamment dans les familles sacerdotales, à qui le service du Temple imposait des règles de pureté rituelles extrêmement strictes.

Dans son livre Jérusalem ressuscitée, paru aux Editions François-Xavier de Guibert en 1992, Madame Genot-Bismuth présente (p. 117 et suivantes) les photographies des objets de pierre découverts dans la maison brûlée et les palais sacerdotaux qui l’entourent et elle souligne le rapprochement entre les jarres de Cana du texte de Jean et les jarres effectivement découvertes à Jérusalem.

Françoise Demanche

 

Salle hérodienne

Ci-dessus salle d’une des demeures du haut sacerdoce, d’époque hérodienne, dégagées par les fouilles archéologiques à Jérusalem dans la deuxième moitié du XXè siècle. Avec sa mosaïque au sol, ses tables en pierre, ses grandes jarres taillées également dans la pierre, ce mobilier est caractéristique des demeures sacerdotales hérodiennes. Mobilier et vaisselle de pierre – incontaminables – convenaient parfaitement à la vie sacerdotale qu’ils contribuaient à simplifier.



Merci pour les cotisations 2017 et merci à celles qui vont suivre… Nous en avons besoin.

Nous arrivons à maintenir la cotisation à la somme modique de 15 euros (7 euros en cas de nécessité) en vous rappelant que sans elle, ni le bulletin ni le site ne peuvent exister, ni, bien sûr, aucun développement de la diffusion ou du site. Envoyez votre chèque rédigé au nom de "Association Jean Carmignac", à l'adresse de notre siège social :

Association Jean Carmignac (chez Editions F.-X. de Guibert), 10.rue Mercœur, 75011 Paris.

(Notez bien cette adresse qui est à la fois notre adresse postale et celle de notre siège social.)
Voici les indications nécessaires pour les adhérents qui désirent utiliser nos IBAN et BIC pour leur cotisation ou leurs dons :
N° de compte : 44 655 98B – Domiciliation : La Banque Postale, Centre Financier : La Source.
IBAN (Identifiant international de compte) : FR73 2004 1010 1244 6559 8B03 396.
BIC (Identifiant international de la banque) : PSSTFRPPSCE.



Articles choisis au hasard


Le serment anti-moderniste

Saint Pie X, 1910


Je… embrasse, et reçois fermement toutes et chacune des vérités que l’Église, par son magistère inerrant, a définies, affirmées et déclarées, principalement ces chefs de doctrine qui sont directement dirigés contre les erreurs de ce temps. Et d’abord, je professe que Dieu, principe et fin de toutes choses, peut être connu et donc aussi démontré d’une manière certaine par la lumière de la raison, par le...
Textes de J.Carmignac

Qui est Jean Carmignac ? (1914-1986) Télécharger le dépliant : Naissance à Paris le 7 août 1914, puis après 1919 enfance à Marey, village proche des Vosges (à 20 km au sud de Vittel). Dès l’âge de 12 ans, vocation à la prêtrise qui ne se démentira plus. Distingué dès le séminaire par son intelligence brillante, son goût de l’étude et sa foi profonde, son évêque l’envoie à Rome faire une double licence...
Qui est Jean Carmignac ?

Association Jean Carmignac


Naissance à Paris le 7 août 1914, puis après 1919 enfance à Marey, village proche des Vosges (à 20 km au sud de Vittel). Dès l’âge de 12 ans, vocation à la prêtrise qui ne se démentira plus. Distingué dès le séminaire par son intelligence brillante, son goût de l’étude et sa foi profonde, son évêque l’envoie à Rome faire une double licence de Théologie et d’ Ecriture Sainte ; il y suit également des cours...
Powered by Cryptos Advanced System