Association Jean Carmignac

AccueilFrançais Thèmes Qûmran

MIQSAT MA’ASE HA-TORAH


août 2013
Auteur :

Gino Zaninotto - Bulletin Nr.0

Les manuscrits découverts près de Qumrân (plus de 800) depuis 1947 n’ont pas pu être tous publiés rapidement ; car à part quelques beaux parchemins presque complets, ils sont souvent parvenus en miettes, et il a fallu aux spécialistes beaucoup de temps et d’ingéniosité pour les reconstituer. C’est ce qui explique que le manuscrit 4QMMT, trouvé dans la grotte 4 en six exemplaires, ait été publié seulement en 1994. Il s’intitule MIQSAT MA’ASE HA-TORAH, qu’on peut traduire "Quelques règles appartenant à la Torah". Ce texte se présente sous la forme d’une lettre écrite par un représentant de la secte de Qumrân aux prêtres du Temple qui ont accepté un compromis avec l’ethnarque hasmonéen (II ème siècle avant J.-C.) : vingt deux lois religieuses (HALAKHOT), adoptées par les Sadducéens et les Pharisiens, y sont critiquées comme ne faisant pas partie originairement des lois prescrites par la Torah.

Françoise Demanche

Sur ce sujet le professeur Gino Zaninotto a communiqué à l’intention de notre Association l’extrait suivant du livre de Otto Betz-Rainer Riesner, "Gesù, Qumran e il Vaticano. Chiarimenti" ("Jésus, Qumrân et le Vatican. Eclaircissements") Editions Vaticana, 1995, pages 221-23. Nous l’en remercions vivement.

« Le texte "Miqsat Ma’ase ha-Torah" de la grotte 4, qui a enfin eu une publication officielle en 1994, est particulièrement intéressant pour la question de la formation des premiers Chrétiens. La lettre nous est parvenue de façon fragmentaire en six exemplaires au moins, ce qui montre à quel point il était important de conserver l’enseignement du fondateur de la communauté. A partir d’un exemple contemporain comme celui-là, il est difficile de comprendre pourquoi les premiers Chrétiens auraient dû attendre au moins vingt ans après la Crucifixion et la Résurrection pour écrire quelque chose sur Jésus. Rudolf Pesch ("Das Evangelium der Urgemeinde" [Herder TB 678], Freiburg 1979) et Gerd Theissen ("Lokalokolorit und Zeitgeschichte in den Evangelien. Ein Beitrag ur Geschichte der synoptischen Tradition", Freiburg/Schweiz-Gottingen 1989) soutiennent eux aussi maintenant avec d’autres arguments que la rédaction de parties essentielles de la tradition synoptique remonte à déjà avant 40 ap. J.-C.. Si des Esséniens convertis s’étaient unis à la communauté chrétienne primitive, il se peut qu’il y ait eu au sein de celle-ci un groupe possédant une formation de tout premier ordre à la connaissance des Ecritures et qui savait comment traiter la tradition (cf. R. RIESNER, "Jesus as Preacher and Teacher", in H. Wansbrough, Jesus and the Oral Gospel Tradition, Sheffield 1991, pp. 183-210 (193- 195 ; 205-207). Il faut alors être prudents avant d’attribuer sans conteste les affirmations d’une certaine profondeur seulement à une époque plus tardive. Ces convictions doctrinales, au contraire, pourraient être présentes déjà plus tôt et même en Palestine (...).

(...) Une comparaison avec les textes de Qumrân montre que certaines expressions et certaines descriptions du Nouveau Testament, considérées par beaucoup comme grecques et d’époque tardive, sont plutôt palestiniennes et d’époque plus ancienne.

Ceci concerne même certaines parties très discutées du Nouveau Testament comme l’Evangile de Jean et les premiers chapitres des Actes des Apôtres. L’Eglise primitive a beaucoup pensé à la preparatio Evangelica, c’est à dire à la façon dont Dieu avait déjà préparé la révélation de l’Evangile au cours de l’histoire du monde. »

Gino Zaninotto


Merci pour les cotisations 2017 et merci à celles qui vont suivre… Nous en avons besoin.

Nous arrivons à maintenir la cotisation à la somme modique de 15 euros (7 euros en cas de nécessité) en vous rappelant que sans elle, ni le bulletin ni le site ne peuvent exister, ni, bien sûr, aucun développement de la diffusion ou du site. Envoyez votre chèque rédigé au nom de "Association Jean Carmignac", à l'adresse de notre siège social :

Association Jean Carmignac (chez Editions F.-X. de Guibert), 10.rue Mercœur, 75011 Paris.

(Notez bien cette adresse qui est à la fois notre adresse postale et celle de notre siège social.)
Voici les indications nécessaires pour les adhérents qui désirent utiliser nos IBAN et BIC pour leur cotisation ou leurs dons :
N° de compte : 44 655 98B – Domiciliation : La Banque Postale, Centre Financier : La Source.
IBAN (Identifiant international de compte) : FR73 2004 1010 1244 6559 8B03 396.
BIC (Identifiant international de la banque) : PSSTFRPPSCE.



Trois articles récents


Conférence abbé Carmignac : La date du Nouveau Testament

Jean Carmignac - Bulletins n° 0 et n° 1


Je vous ai déjà présenté Robinson qui était évêque auxiliaire de Londres, qui est maintenant professeur à Cambridge, qui a publié d’abord un livre "Honest to God" qui a fait scandale, l’a même obligé à donner sa démission d’évêque, parce que l’ouvrage était considéré comme étant, si on peut dire, d’extrême gauche. Et cet homme-là qui, voulant prouver que le Nouveau testament est de date récente, est lui- même...
La vérité n’est pas le résultat du consensus...

Bruno Bioul


... mais de l’adéquation de l’intelligence à la réalité objective Votre Association m’a demandé de vous dire quelques mots sur le Dossier d’Archéologie intitulé Jésus au regard de l’Histoire que j’ai publié il y a deux ans en collaboration avec plusieurs spécialistes du Nouveau Testament, exégètes, historiens et archéologues. C’est avec plaisir que je réponds à cette aimable invitation d’autant plus que...
Les noces de Cana

Françoise Demanche - Bulletin N° 4


Les noces de Cana Sur la lancée de Bultmann, certains exégètes ou soi-disant historiens de la vie de Jésus, ont voulu enlever aux noces de Cana son statut de miracle, le premier accompli publiquement par Jésus. On nous dit qu’il s’agit là d’une parabole destinée à illustrer cette vérité qu’une nouvelle alliance venait remplacer l’ancienne. Or quel argument nous donne-t-on pour étayer cette interprétation...
Powered by Cryptos Advanced System