Association Jean Carmignac



L'association tient son nom de l'abbé Jean Carmignac, cet éminent savant hébraïsant dont les travaux scientifiques aboutissent à démontrer, d'une façon qui semble décisive, que les Évangiles, écrits très tôt et en langue sémitique, ont une valeur historique de premier ordre et sont les témoignages de disciples qui ont suivi Jésus ou de ceux qui les ont interrogés. Elle a pour but de faire connaître l'œuvre spirituelle et scientifique de ce prêtre et celle de tous les chercheurs qui, comme lui, contribuent à défendre l'historicité des Evangiles en s'attachant à la seule valeur d'arguments incontestables, appuyés sur des sciences telles que : l'histoire, la philologie, l'archéologie, la papyrologie...



AccueilFrançais Thèmes Historicité des Évangiles

Catalogue des manuscrits géorgiens littéraires du Mont Sinaï


novembre 2013
Auteur :

M.-C. Ceruti

Catalogue des manuscrits géorgiens littéraires du Mont Sinaï

Il nous a semblé que nos adhérents seraient heureux de voir publier dans nos Nouvelles la reproduction de deux pages de l’ouvrage de Gérard Garitte Catalogue des manuscrits géorgiens littéraires du Mont Sinaï, publié à Louvain en 1956, portant des dates précises pour la rédaction des Evangiles.

Le texte latin porte successivement page 52, ’Gloria tibi, Domine... etc.’ :

- ’Gloire à toi, Seigneur. L’Evangile selon [1] Matthieu a été écrit la huitième année après l’ascension de notre seigneur Jésus-Christ. Christ aie pitié du doyen [2] Daniel et pardonne à Gabriel. Amen.’

- ’Gloire à toi, Seigneur. L’Evangile selon [1] Marc a été écrit la onzième année après l’ascension de notre seigneur Jésus-Christ. Christ aie pitié du doyen [2] Daniel de la croix, et pardonne à Jean. Amen.’

- ’Gloire à toi, Seigneur. L’Evangile selon Luc [1] a été écrit la quinzième année après l’ascension de notre seigneur Jésus-Christ. Christ aie pitié de Daniel et pardonne à Gabriel.’

- ’Gloire à toi, Seigneur. L’Evangile selon [1] Jean a été écrit la trente deuxième année après l’ascension de notre seigneur Jésus-Christ. Christ aie pitié de Daniel.’

Et page 53 ’Potentia, gratia et auxilio...etc.’ :

’Par la puissance, la grâce et l’aide de Dieu j’ai été rendu digne, moi, le pauvre Daniel et le plus petit de tous, d’acquérir et d’écrire ce saint évangile illuminant les âmes, pour la glorification de Dieu et pour qu’on prie pour mon âme digne de pitié, pour l’âme de mes supérieurs Georges Prochore et (celle) du Père Georges, pour l’âme de mes parents, de mes frères..., de mes frères spirituels, du prêtre Jean et de tous... Ce tétraévangile [3] a été écrit [4]dans la sainte ville de Jérusalem dans le saint monastère et sous la direction de Georges - que Dieu glorifie son âme - de la main du cher Gabriel, que Dieu lui pardonne.’

Suit la mention de la date 212 (= 992 après J.-C.)

Le Professeur Zaninotto avait publié un article dans La Lettre des Amis de l’Abbé Carmignac où il expliquait que ces dates des Evangiles avaient été déjà données au Synode de Jérusalem en 836 en présence des trois patriarches d’Antioche, d’Alexandrie et de Jérusalem. Il soulignait ’le poids d’un témoignage qui, étant fondé dans la tradition melkite, est par conséquent celui d’une vaste région de l’orient chrétien, en particulier celle de l’Eglise de Jérusalem.’ Il donnait en outre la liste des codex dont il a connaissance et qui portent la même information.

D’autres lecteurs pourront sans doute nous apporter de plus amples informations sur ce sujet si intéressant mais malheureusement négligé par la plupart des exégètes.

Précisons que le Professeur van Esbroeck de l’Université de Munich, qui a été l’élève du Professeur Garitte, m’a personnellement assurée que le texte latin reproduit fidèlement le texte géorgien.

M.-C. Ceruti

 

[1Mot à mot : ’de la source de Matthieu’ (’de Marc’, ’Luc’ ou ’Jean’).

[2Exactement : ’supérieur de dix moines’.

[3En fait un Evangile qui contient les quatre Evangiles.

[4Exactement : ’écrire avec quelqu’un’.



Merci pour les cotisations 2017 et merci à celles qui vont suivre… Nous en avons besoin.

Nous arrivons à maintenir la cotisation à la somme modique de 15 euros (7 euros en cas de nécessité) en vous rappelant que sans elle, ni le bulletin ni le site ne peuvent exister, ni, bien sûr, aucun développement de la diffusion ou du site. Envoyez votre chèque rédigé au nom de "Association Jean Carmignac", à l'adresse de notre siège social :

Association Jean Carmignac (chez Editions F.-X. de Guibert), 10.rue Mercœur, 75011 Paris.

(Notez bien cette adresse qui est à la fois notre adresse postale et celle de notre siège social.)
Voici les indications nécessaires pour les adhérents qui désirent utiliser nos IBAN et BIC pour leur cotisation ou leurs dons :
N° de compte : 44 655 98B – Domiciliation : La Banque Postale, Centre Financier : La Source.
IBAN (Identifiant international de compte) : FR73 2004 1010 1244 6559 8B03 396.
BIC (Identifiant international de la banque) : PSSTFRPPSCE.



Articles choisis au hasard


La maison de Saint Pierre à Capharnaüm

Marie Christine Ceruti


Vue aérienne (il s’agit de l’édifice octogonal qui correspond aux vestiges de l’église du Vème siècle bâtie sur la maison de l’apôtre). Et dessin. Nous voyons bien sur le dessin réalisé à partir des données archéologiques que la maison se trouvait sur la rue principale de la petite bourgade mais que sa porte n’était pas dans l’alignement. Il y avait devant elle comme un « renfoncement », un petit espace....
Le voile du Temple déchiré l’Homme de bien

Jacqueline C. Olivier


Flavius Josèphe : le voile du Temple déchiré, l’Homme de bien livré à la mort, le tombeau vide.. Le texte de Flavius Josèphe que nous avons publié dans le dernier bulletin – Hérode, les Mages et le Massacre des Innocents – ayant suscité l’intérêt de plusieurs de nos lecteurs, nous continuons à explorer cette fameuse « version slavone » (car retrouvée en vieux russe uniquement) intitulée La prise de...
Les évangiles apocryphes

Marie Christine Ceruti


« L’adjectif « apocryphe », s’il se réfère à des textes chrétiens, que ce soit dans son acception positive et primitive – dans le sens qui a été utilisé d’abord – de « secret », « caché », ou dans celui, négatif et postérieur, de « faux », « inauthentique », implique un jugement de la part de celui qui connaît, tire profit, lit un texte déterminé et le définit précisément comme « apocryphe ». Il s’agit donc d’un mot...
Powered by Cryptos Advanced System