Association Jean Carmignac

AccueilFrançais Thèmes Historicité des Évangiles

Et voici que tu concevra en ton sein...


avril 2001 N° 10
Auteur :

Mademoiselle Demanche

Jusqu’à la fin Mademoiselle Demanche a aimé notre association et tenu son rôle de chef de rédaction de ce bulletin. Voici l’article qu’elle n’avait pu écrire elle-même mais que, sur ses directives, nous nous apprêtions à publier.
Nous en possédons d’autres préparés ou ébauchés par elle…

Mademoiselle Demanche nous demande de transmettre à nos lecteurs une analyse - presque une découverte - faite par le Père Ignace de La Potterie et publiée par plusieurs revues catholiques. Il s’agit du sens à donner au verset 31 du chapitre I de Saint Luc, celui où l’ange de l’Annonciation déclare à la Vierge :
« Et voici que tu concevras en ton sein »
La précision « en ton sein » peut sembler inutile mais c’est une grave erreur, une audace inadmissible que de la supprimer nous dit cet exégète. En effet à l’analyse cette expression indique une conception exceptionnelle sans l’intervention d’un homme.
Le Père de La Potterie compare en effet cette expression avec celle de Saint Matthieu (I 23) qui reprend celle d’Isaïe : « Voici que la Vierge aura en son sein et mettra au monde un fils ». Ici puisque l’ange s’adresse à la Vierge à la deuxième personne, le sujet « Vierge » disparaît pour être remplacé par « tu » (mais à deux reprises auparavant Saint Luc avait précisé que l’interlocutrice de l’ange était vierge). Comment va-t-il s’y prendre pour que la conception de Jésus soit reconnue comme œuvre divine ? Il va utiliser cette formulation absolument unique dans toute la Bible de « concevoir en son sein » qu’il n’emploie précisément que pour la mère de Jésus. L’Ancien Testament utilise très fréquemment les expressions « recevoir en son sein » et « avoir en son sein » qui l’une comme l’autre n’excluent pas le rapport sexuel. Le verbe « concevoir » y est aussi très fréquent. Saint Luc met ici ensemble ces deux expressions pour expliquer que la conception est arrivée précisément « dans le sein de la Vierge Marie », qu’elle a été tout intérieure, réelle mais non physique, à la suite d’une action fécondante spirituelle. L’auteur fait remarquer que pour Sainte Elisabeth la cousine de la Sainte Vierge et la mère de Saint Jean Baptiste qui n’était pas vierge, Saint Luc utilise deux fois le verbe concevoir mais justement sans « en son sein » :
« Elisabeth, sa femme, conçut et elle se tint cachée durant cinq mois » (I 24)
« Et voici qu’Elisabeth, ta parente, vient elle aussi de concevoir un fils en sa vieillesse » (I 36)
Alors que pour la Vierge, outre le verset que nous analysons, nous trouvons plus loin :
« Comme il avait été appelé Jésus par l’ange avant d’avoir été conçu en son sein » (II 21)
Jésus est bien le Fils d’une Vierge et de Dieu.



Merci pour les cotisations 2017 et merci à celles qui vont suivre… Nous en avons besoin.

Nous arrivons à maintenir la cotisation à la somme modique de 15 euros (7 euros en cas de nécessité) en vous rappelant que sans elle, ni le bulletin ni le site ne peuvent exister, ni, bien sûr, aucun développement de la diffusion ou du site. Envoyez votre chèque rédigé au nom de "Association Jean Carmignac", à l'adresse de notre siège social :

Association Jean Carmignac (chez Editions F.-X. de Guibert), 10.rue Mercœur, 75011 Paris.

(Notez bien cette adresse qui est à la fois notre adresse postale et celle de notre siège social.)
Voici les indications nécessaires pour les adhérents qui désirent utiliser nos IBAN et BIC pour leur cotisation ou leurs dons :
N° de compte : 44 655 98B – Domiciliation : La Banque Postale, Centre Financier : La Source.
IBAN (Identifiant international de compte) : FR73 2004 1010 1244 6559 8B03 396.
BIC (Identifiant international de la banque) : PSSTFRPPSCE.



Trois articles récents


Hérode, les Mages et le Massacre des Innocents

Jacqueline C. Olivier


Hérode, les Mages et le Massacre des Innocents Qu’au talentueux Brunor [1], un jeune dise en substance « D’accord Jésus a existé, mais comme son histoire n’est relatée que par des “comparses”, quel crédit peut-on accorder aux Evangiles ? », passe encore : il est jeune et baigne hélas dans notre sous culture médiatique. Et puis ce désir d’être sûr que les choses soient vraies peut être un bon début de...
L’historicité des Actes des Apôtres

Paul Bousset - Bulletin Nr.2


Je relèverai une série de petits détails qui m’ont plu parce que ce brave Luc avait un peu la même manie que moi autrefois quand je partais en vacances. On se moquait un peu parce que je gardais en souvenir des tickets de métro, des tickets de bus, des tickets de musée que je collais quelques fois dans les albums-souvenirs côte à côte avec les photos et les cartes postales. Luc, lui, a accompagné Saint...
Saint Luc a-t-il peint un portrait de la Vierge ?

Marie Christine Ceruti


Il est de bon ton aujourd’hui de rejeter cette tradition d’un revers de main en alléguant que cette « légende » a pour origine la description de la Mère de Dieu plus amplement dépeinte dans les écrits de cet Evangéliste que chez les autres. N’est-ce pas un peu simplet comme objection ? Et celle-ci n’est-elle pas fondée secrètement sur la peur de paraître naïf aux yeux de ceux qui se prétendent...
Powered by Cryptos Advanced System