Association Jean Carmignac

AccueilFrançais Thèmes Historicité des Évangiles

A propos de L’Inventaire du monde de Claude Nicolet


décembre 2013
Auteur :

Antoine Luciani
Professeur de grec à la Faculté d’Aix en Provence.

A propos de L’Inventaire du monde de Claude Nicolet

Claude Nicolet, est membre de l’Institut, ancien directeur de l’Ecole française de Rome, Professeur à l’Université de Paris I, directeur d’études à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes. L’Inventaire du monde a paru chez Fayard dans la collection Pluriel. L’auteur y traite des recensements romains, il parle de « l’erreur certaine » de Luc, qui aurait assimilé le recensement fait par Quirinius en 6/7 après J.-C. à un recensement universel qui aurait eu lieu au moment de la naissance du Christ. Il affirme que Quirinius n’a été qu’une seule fois légat en Syrie, et que l’on ne peut comprendre le texte de St Luc que d’une seule façon : « ce fut là le premier recensement, alors que Quirinius gouvernait la Syrie ».

Luc, chapitre 2, 1-3 :

  1. 0ege&neto de& e0n tai=j h9me&raij e0kei&naij e0ch=lqe do&gma para_ Kai&saroj Au0gou&stou
    a0pogra&fesqai pa=san th&n oi0koume&nhn
    .
  2. au$th h9 a)pografh_ prw&th e0ge&neto h(gemoneu&ontoj th=j Suri&aj Kurhni&ou
  3. kai_ e0poreu&onto pa&ntej a0pogra&fesqai, e4kastoj ei0j th_n i0di&an po&lin.

Comme on peut le voir, la phrase du – 2 – est dépourvue de « mot de liaison ». Or Luc écrit un excellent grec. Cette absence de mot de liaison est, en grec, la marque de ce qui serait chez nous une note en bas de page. Le passage de Luc doit donc se lire :

« Or – ce fut en ces jours-là – parut un édit de César Auguste prescrivant un recensement de la terre entière ; et tout le monde venait se faire recenser, chacun dans sa ville. »

Pourquoi cette note ? Luc n’avait aucune raison d’insister sur le fait que ce fut le premier recensement. Le P. Lagrange a bien vu cela. En revanche, il est naturel qu’il ait voulu distinguer – par une « note en bas de page », ce recensement-là du recensement, postérieur, qui eut lieu sous le gouvernement de Quirinius, - lequel recensement était resté dans toutes les mémoires, car il avait donné lieu à une révolte cruellement réprimée. (Et d’ailleurs Luc évoque ce recensement dans les Actes (5, 37), ce qui est une preuve évidente qu’il ne confondait pas les deux recensements !) En – 2 – on pourrait lire, en changeant les accents : Αύτή άπογραφή, ce qui signifierait alors : “le recensement proprement dit” – et suggèrerait que le 1er recensement n’était qu’un « dénombrement » des habitants de l’Empire, et n’entraînait pas l’imposition. Il est impossible, me semble-t-il, de trancher.

Nicolet, après Mommson, admet d’ailleurs qu’un tel recensement a pu avoir lieu. Je traduirais volontiers : « Ce fut là le premier recensement, antérieur à celui qui eut lieu sous Quirinius ». Peut-être aussi ce premier recensement a-t-il été interrompu à cause de la résistance d’Hérode… et n’a-t-il servi qu’à permettre à Jésus de naître à Bethléem. C’est Dieu, et non Auguste, qui mène le monde.



Merci pour les cotisations 2017 et merci à celles qui vont suivre… Nous en avons besoin.

Nous arrivons à maintenir la cotisation à la somme modique de 15 euros (7 euros en cas de nécessité) en vous rappelant que sans elle, ni le bulletin ni le site ne peuvent exister, ni, bien sûr, aucun développement de la diffusion ou du site. Envoyez votre chèque rédigé au nom de "Association Jean Carmignac", à l'adresse de notre siège social :

Association Jean Carmignac (chez Editions F.-X. de Guibert), 10.rue Mercœur, 75011 Paris.

(Notez bien cette adresse qui est à la fois notre adresse postale et celle de notre siège social.)
Voici les indications nécessaires pour les adhérents qui désirent utiliser nos IBAN et BIC pour leur cotisation ou leurs dons :
N° de compte : 44 655 98B – Domiciliation : La Banque Postale, Centre Financier : La Source.
IBAN (Identifiant international de compte) : FR73 2004 1010 1244 6559 8B03 396.
BIC (Identifiant international de la banque) : PSSTFRPPSCE.



Trois articles récents


Le Sénatus-Consulte de l’an 35, Porphyre et la relation de Pilate

Ilaria Ramelli


La législation anti-chrétienne à Rome remonte à quelques années après la mort et la Résurrection de Jésus-Christ et est due à un sénatus-consulte – c’est-à-dire à une décision officielle du Sénat – de l’an 35 (1), même si le pouvoir impérial n’a pas donné suite aux accusations portées contre les Chrétiens au moins jusqu’en 62 : avant cette date, en effet, les Chrétiens n’ont jamais été condamnés en tant que tels...
Storicità dei Vangeli

Marie Christine Ceruti


Historicity of the Gospels

Marie Christine Ceruti


Powered by Cryptos Advanced System