Association Jean Carmignac

AccueilFrançais Accueil

Contact


août 2013
Auteur :


Merci pour les cotisations 2017 et merci à celles qui vont suivre… Nous en avons besoin.

Nous arrivons à maintenir la cotisation à la somme modique de 15 euros (7 euros en cas de nécessité) en vous rappelant que sans elle, ni le bulletin ni le site ne peuvent exister, ni, bien sûr, aucun développement de la diffusion ou du site. Envoyez votre chèque rédigé au nom de "Association Jean Carmignac", à l'adresse de notre siège social :

Association Jean Carmignac (chez Editions F.-X. de Guibert), 10.rue Mercœur, 75011 Paris.

(Notez bien cette adresse qui est à la fois notre adresse postale et celle de notre siège social.)
Voici les indications nécessaires pour les adhérents qui désirent utiliser nos IBAN et BIC pour leur cotisation ou leurs dons :
N° de compte : 44 655 98B – Domiciliation : La Banque Postale, Centre Financier : La Source.
IBAN (Identifiant international de compte) : FR73 2004 1010 1244 6559 8B03 396.
BIC (Identifiant international de la banque) : PSSTFRPPSCE.



Trois articles récents


Qumrân et les manuscrits de la mer Morte

Bruno Bioul


En ce qui concerne les manuscrits, on peut d’abord souligner que la polémique sur leur publication est enfin terminée. Même s’il reste encore plusieurs fragments à publier comme nous le rappelait É. Puech, on peut d’ores et déjà retenir que les rouleaux contiennent les textes de quelque 870 à 900 manuscrits différents trouvés pour la plupart à l’état de débris minuscules. Le long travail de reconstitution...
Le Titulus crucis

En 1997, l’historien allemand Michael Hesemann décida de mettre le Titulus crucis à l’épreuve de la science. Il s’est intéressé à l’écriteau qui – bien évidemment découpé par Hélène – porte toujours les mots « I. NAZARINUS R... » en écriture inversée (certainement pour imiter le mode d’écriture sémitique) et en trois langues : l’hébreu, le grec et le latin. Avec l’aimable autorisation de l’Abbé du Monastère de...
Le Sénatus-Consulte de l’an 35, Porphyre et la relation de Pilate

Ilaria Ramelli


La législation anti-chrétienne à Rome remonte à quelques années après la mort et la Résurrection de Jésus-Christ et est due à un sénatus-consulte – c’est-à-dire à une décision officielle du Sénat – de l’an 35 (1), même si le pouvoir impérial n’a pas donné suite aux accusations portées contre les Chrétiens au moins jusqu’en 62 : avant cette date, en effet, les Chrétiens n’ont jamais été condamnés en tant que tels...
Powered by Cryptos Advanced System